La Dís des Vanirs

Freyja est une déesse nordique très populaire et en même temps si mal comprise ! Je ne vais pas vous la décrire ni faire une liste de ses fonctions et attributs. Pour cela, je vous conseille d’aller explorer les sites et livres que je recommande dans la section ressources, pour commencer, et de vous forger votre propre opinion. Freyja se gagne par une recherche sincère et non un « copié collé tout cuit » sur internet. Elle a temps à offrir que je n’ai pas envie de vous gâcher toutes les surprises qu’elle pourrait vous réserver !

Au premier abord, Freyja m’a semblé très superficielle. Je l’ai (trop) vite assimilé à Aphrodite (pour laquelle je n’ai guère d’attirance ou du moins peu de compréhension) et j’en suis restée là. C’est en me documentant plus profondément sur les runes et en découvrant la richesse de la mythologie nordique que je l’ai véritablement rencontré. Ce qui m’a appelé, c’est sa blessure et sa force. C’est en cela qu’elle me rappelle la rhodonite, une belle pierre rose veinée de noir. Elle souffre de l’absence de l’être aimé ( son mari disparu ) et malgré ça, elle donne sans compter, elle est juste, libre, forte, passionnée. C’est en comprenant cela que j’ai sus à quel point je m’étais trompée à son sujet ! J’ai relu la légende de Brísingar d’un autre oeil. J’ai compris, grâce à d’autres lectures, toute la symbolique qui m’avait totalement échappé ! Ce mythe est, je trouve,  l’Initiation Féminine par excellence (on est loin du calvaire enduré par Odin sur Yggdrasil). Les 4 nains représentant les 4 directions et les 4 éléments. Elle montre le chemin. Pour obtenir la Connaissance ou l’Illumination ( Brisingamen : brising : le feu, le feu de l’illumination et men: bijou), on doit s’imprégner de chaque éléments, les faire sien et atteindre l’équilibre, l’extase.

Le fait que Loki (le perturbateur, celui qui égare) vole Brísingar montre que rien n’est acquis, que l’équilibre est précaire et que cela réclame une vigilance perpétuelle.

On ne peut nier que l’une des grandes forces de Freyja est son pouvoir sexuel, elle est un objet de désir, convoitée par tous. Mais pour ne m’être arrêtée qu’à ça, je me dois de rétablir son honneur mis à mal par la Christianisation et trop de raccourcis. Brísingar, loin d’être la preuve de sa légèreté de moeurs, est le symbole de sa Féminité. Elle prouve bien son rôle d’Initiatrice, de Chamane (n’oublions pas que c’est elle qui a initié Odin au Seidr), de Divinité Chtonienne et surtout de Femme Libre, Maîtresse de sa Destinée.

Publicités